toi + moi + eux = la fac 2.0

esukudu_logo_cup_of_teachJe suis mille fois désolée de vous remettre dans la tête ce refrain (entêtant) que vous aviez enfin réussi à oublier. C’est entraînant, c’est gai, ce n’est pas si grave. Si vous ne savez pas de quoi je parle, très bien.

Avez-vous, sinon, entendu parler de Cup of Teach ? Après tout, c’est le sujet de cet article : une start-up parisienne qui s’est inspirée d’un concept on ne peut plus new-yorkais. Le principe : « apprendre les uns des autres ». En effet, à New-York, en échange de quelques dizaines de dollars, on peut réunir ses voisins dans son salon pour un atelier de dessin ou de création de parfums. Le concept arrive enfin en France et fait de plus en plus parler de lui. L’inscription sur Cup of Teach est gratuite, et vous pouvez tout aussi bien vous diriger vers la catégorie « apprendre » pour trouver les ateliers disponibles dans votre ville, que vers la page « enseigner« , pour proposer vous-même un atelier chez vous. Cup of Teach percevra 20% de commission.

Avec Cup of Teach, l’éducation prend une dimension sociale et collaborative. Un système d’entraide qui a toute sa place dans nos habitudes, compte tenu de la conjoncture économique. En attendant de retrouver un emploi en webmarketing, M. Pinchu peut toujours réunir des ateliers de Google Adwords sur son balcon, autour d’une tasse de thé et des spéculoos, s’assurant ainsi quelques centaines d’euros qui arrondiront bien ses fins de mois difficiles. La valeur ajoutée défendue par les deux entrepreneurs à l’origine de Cup of Teach est multiple : la monétisation de ses compétences, les rencontres humaines, l’expression de ses passions, des moments mémorables…

La première université entre particuliers 

Tout le monde peut devenir tour à tour l’élève et l’enseignant (« cup of teacher »), d’ailleurs la start-up se réclame être « la première université entre particuliers ». Les valeurs d’entraide sous-jacentes confèrent à l’éducation une dimension humaine. Où est donc passée la société de défiance, celle où l’on avait peur d’ouvrir la porte à son voisin ? Quand s’est achevée l’ère de l’individualisme ? On dirait que la crise a du bon.

En tout cas, ça n’a pas échappé à Marc-Arthur Gauthey (HEC) et Mathieu Seguin (ECP, ESSEC), les deux fondateurs de Cup of Teach. Leur entreprise a le vent en poupe, les amoureux de l’enseignement seront tout de suite séduits. Les échanges de services qu’on s’offrait lorsqu’on était étudiant (un cours de Photoshop contre un cours d’anglais) s’assument désormais dans le monde des actifs. Oyez, oyez : les grandes personnes sont devenues cool !

Publicités