afrique : l’université panafricaine ouvrira à la rentrée

Cela faisait quatre ans qu’on en parlait, depuis que l’Union Africaine (UA) avait soumis l’idée ô combien ambitieuse d’instituer une école commune, de promouvoir la diffusion du savoir et la formation des élites dans une Afrique multiple, plurilingue et multiculturelle, une Afrique qui manque cruellement de personnel enseignant formé et de moyens financiers, une Afrique qui souffre de la fuite des cerveaux. Depuis 2008 que l’idée d’une université panafricaine avait été évoquée, il y avait eu un comme un silence radio, on avait cru à des paroles en l’air, à un projet qui ne verrait jamais le jour. C’est sans mentionner le fait qu’il y a eu toute une série de problèmes et d’obstacles, des désaccords sur la question de quel pays allait héberger quelle faculté, une Afrique du Sud pas très motivée, une Afrique du Nord problématique, des incertitudes quant à la provenance des financements…

Eh bien, on a eu tort. En décembre 2011, au siège de l’UA à Addis-Abeba (Ethiopie), le Dr. Jean Ping, président de la Commission de l’Union et le Professeur Sam Ongeri, ministre kényan de l’éducation annonçaient offiellement le lancement de la première université panafricaine. Les facultés seront éclatées sur divers territoires, de la façon suivante :

  •  l’Institut des Sciences sociales, des Humanités et la Bonne gouvernance à Yaoundé (Cameroun)
  • l’Institut des Sciences fondamentales et de l’Innovation à Nairobi (Kenya)
  • l’Institut des Sciences de la vie et de la Terre à Ibadan (Nigéria)
  • L‘Institut de l’Eau, de l’Energie et des Changements climatiques à Annaba (Algérie) et non plus en Libye
  • l’Institut des Sciences de l’espace sera très probablement installé en Afrique du Sud

Les trois centres d’excellence que sont les instituts du Cameroun, du Kenya et du Nigéria ouvriront effectivement leurs portes en octobre prochain.Tout est prêt pour accueillir la première promotion d’étudiants : les programmes sont établis, le personnel enseignant et administratif est recruté, les responsables locaux sont nommés. 300 étudiants post-bac auraient été sélectionnés à travers le continent, parmi 1200 candidats.

Pour le Dr. Ping, « l’Université panafricaine permettra à l’Afrique de prendre sa véritable place dans le savoir mondial« . Afrique, voici le premier jour du reste de ta vie…

A lire également :

Publicités