bientôt un prix nobel de twitterature ?

Il fallait s’y attendre, on n’arrête pas le progrès. Alors que le top départ de la nouvelle année scolaire vient à peine d’être donné, alors que sur esukudu et un peu partout ailleurs, on parle des possibilités d’exploiter les réseaux sociaux dans l’éducation moderne, de développer davantage des technologies de l’information et de la communication au service de l’éducation (TICE), le Québec prend une longueur d’avance et  élève l’écriture de tweets au rang d’art. Le mot est déposé : la twitterature  ; et je crains qu’un jour, il ne prenne place dans le dictionnaire de la langue française. Ca peut très bien arriver, on n’est à l’abri de rien : au Québec, s’organise déjà le tout premier festival de twitterature. Twitter et la littérature seraient apparemment faits l’un pour l’autre, et je ne peux m’empêcher de m’imaginer ce que seront les cours de twitterature dans les écoles du futur. Je me croyais progressiste, mais, (mais !) j’ai envie de dire… : « justement ! »

La maîtresse : « Avec votre appareil mobile, racontez vos vacances d’été dans un twitt de 140 caractères maximum » – Les écoliers : « Je ne suis pas synchronisé », « je ne capte pas la Wifi », « Ma batterie est morte »

Le festival de twitterature commencera le 16 octobre prochain. Mais ce n’est pas tout, hélas. Il existe aussi un Institut de Twitterature Comparée (j’espère, j’espère que c’est une blague), et il est au courant du festival vu que c’est lui-même qui l’organise.

Je vous laisse vous renseigner davantage là-dessus en cliquant sur le lien suivant : 140 MAX : premier Festival international de twittérature 

Sinon vous pouvez tout aussi bien lire mes autres articles sur plus ou moins le même thème :

Publicités