« il faut se débrancher pour réfléchir, pour contempler, pour lire, et l’école doit vous apprendre précisément à vous déconnecter » – A. Finkielkraut

Publicité du site discovertheforest.org, qui invite les enfants à partir à la découverte de la nature

Publicité du site discovertheforest.org, qui invite les enfants à partir à la découverte de la nature

A l’heure où le web-éducatif est porté au pinacle, où l’on prescrit des iPads pour la rentrée, où le tableau noir s’incline devant les tableaux blancs interactifs, où les salles de classe font mine de disparaître et saluent l’avènement des MOOCS et de l’e-learning, la philosophie, comme à son habitude, vient tempérer nos ardeurs, avec ses bien connus « OUI, MAIS… »

C’est bien beau d’avoir une classe connectée au monde, de suivre l’évolution de ses élèves en direct de son canap’, de rendre son enfant accro à ses exercices sur tablette, OUI MAIS réfléchissons un instant : ne faut-il pas plutôt se déconnecter, se retirer du vacarme et des innombrables distractions du monde virtuel, pour enfin parvenir à cet état propice à l’apprentissage, si simple et pourtant si rarement atteint, qu’est la concentration ?

« Il faut se débrancher pour réfléchir, pour contempler, pour lire, et l’école doit vous apprendre précisément à vous déconnecter. »

Alain Finkielkraut

(Philosophie Magazine, septembre 2013 – Dossier Education, p.55)

Publicités