afrique du sud : la kasparov chess foundation conquiert les écoles

esukudu_kasparov_chess_foundation_africaCréée en mars 2012 à Johannesbourg, la Kasparov Chess Foundation Africa (KCF-A) est la troisième fondation de Garry Kasparov, l’homme qui fut champion du monde d’échecs en 1985 et qui battit en 1996 DeepBlue, le superordinateur d’IBM spécialisé dans le jeu d’échecs. Kasparov est, depuis plus de dix ans, engagé à faire du jeu d’échecs une matière comme les autres dans les programmes scolaires à travers le monde.

La fondation Kasparov en Afrique a pour mission d’apporter aux enfants et aux adolescents à travers le continent africain, les avantages pédagogiques du jeu d’échecs. La fondation promeut l’étude des échecs comme un outil d’apprentissage cognitif important pour les élèves de six à dix-huit ans.  Elle accompagne les enseignants et professeurs en leur donnant une formation aux échecs, et en développant des outils de communication pour faire la promotion des échecs.

esukudu_kasparov_chess_foundationL’antenne africaine de la Kasparov Chess Foundation accompagne à travers l’Afrique noire les initiatives d’ouverture de centres d’excellence dédiés aux échecs. Elle a pour partenaire MiniChess, qui travaille à l’intégration des échecs dans le programme scolaire des 5-9 ans d’Afrique australe et développe une application mobile d’échecs pour enfants.

L’été dernier, Garry Kasparov et son épouse Dasha se sont rendus dans sept pays d’Afrique pour rencontrer des intervenants du monde des échecs, des enfants aux autorités éducatives. Ils sont remontés de l’Afrique du Sud au Kenya, en passant par le Zimbabwe, le Malawi, la Zambie, le Rwanda et l’Ouganda. A la fin de ce parcours, Garry Kasparov a rencontré le ministre sud-africain du sport et de la récréation pour discuter de la façon de dénicher et de former les élèves les plus talentueux du pays. Voici ce qu’il leur a dit :

« On ne peut ignorer l’importance des performances sportives lorsqu’on promeut un jeu à tous les niveaux.  Les succès des champions nationaux inspirent les élèves et les parents, apportent une couverture médiatique et des sponsors, et bâtissent une fierté nationale dans une poursuite intellectuelle. Le modèle qui a marché est celui de se centrer sur l’éducation et les bases, mais pas d’ignorer les talents et les infrastructures professionnelles. »

Garry Kasparov investit dans le potentiel intellectuel des élèves les plus talentueux. Les échecs permettent à ces derniers de sortir du lot.

Lire aussi : Échecs et maths : le comeback des jeux d’échecs à l’école

Publicités