c’est quand la dernière fois que vous avez lu un ouvrage africain, déjà ?

Collégienne au Cameroun, j’ai étudié aussi bien les ouvrages de Camara Laye, de Sedar Senghor ou de Mongo Beti, que ceux de Beaumarchais, de Rabelais et de l’Apôtre Paul. Lycéenne en France (lire l’article Camerounais, 10 choses qu’on ne vous dit pas sur les lycées en France) et tout le reste de ma vie étudiante, je n’ai plus jamais été amenée à ouvrir un ouvrage d’origine africaine. J’ai découvert, en revanche, les auteurs japonais, américains, anglais, les œuvres classiques grecques, la philosophie allemande et française.

Aujourd’hui, plus d’excuse. Les Nouvelles Editions Numériques Africaines (NENA) ont officiellement lancé le 11 mars dernier la Librairie Numérique Africaine (LNA). Il s’agit d’une plateforme de e-commerce entièrement dédiée aux auteurs et aux maisons d’édition africaines. Ce sont, pour le moment, environ 150 ouvrages qui sont disponibles en version numérique sur le site de la LNA. Pour un site lancé il y a trois jours, c’est déjà pas mal. La Librairie Numérique Africaine est une belle initiative que j’encourage et que je salue.  Pour l’heure, je ne saurais trop vous conseiller un trésor de la littérature camerounaise disponible en téléchargement sur le site de la LNA : Balafon, du poète, auteur et prêtre jésuite Engelbert Mveng. C’est…

comme c'est charmant

 

Publicités