des profs particuliers tous diplômés de grandes écoles

esukudu_clevermate_polytechnique

Capture d’écran – clevermate.fr

Il faut se le dire, le besoin était là. Du moins, du côté des dispensateurs de cours comme moi. Un jour, une amie diplômée d’X et d’HEC (et d’un mastère en philosophie, mais bon : il ne s’agit pas ici de déballer son CV) m’a dit : « Faut arrêter de te brader, j’ai une amie normalienne qui donne des cours de français à 70€ de l’heure, à Paris« . A quoi j’ai répondu : « Oui, mais elle est normalienne« . Et elle me rétorqua : « Oui,  et tu es une HEC. En plus, tu enseignes l’allemand !« . Elle n’avait pas entièrement tort.

Alors comment trouver cette demande, quand on sait que les organismes de cours particuliers (dont je tairai le nom, je les ai tous faits) ne font, dans leur système de rémunération, aucune discrimination par le diplôme ni le niveau d’études ou d’expérience ? Pour les élèves issus de l’enseignement supérieur et au-delà (soit la tranche la plus chère), il faut espérer entre 19 et 25€ nets de l’heure pour tout le monde. Si on parcourt plus de 10km, c’est 2€ de l’heure de plus par kilomètre supplémentaire. Super. Sachant que le travail dans ces organismes de cours particuliers ne s’arrête pas à la fin du cours. Avant et après chaque cours, il y a un gros boulot de suivi, chaque professeur doit faire un retour auprès d’un conseiller pédagogique sur les avancées de l’élève, il y a la possibilité de donner des devoirs à l’élève et de lui planifier un emploi de temps de révisions… Oui, c’est la moindre des choses et oui, c’est passionnant, mais je m’interroge :  Comment peut-on avoir envie de faire tout ça pour moins de 20€ de l’heure ?

Ça laisse imaginer les conditions des professeurs des écoles qui, croyez-moi, paraissent véritablement heureux d’arrondir leurs fins de mois grâce à ces cours particuliers. Ce sont des professeurs de l’Éducation Nationale qui m’ont recommandé ces organismes. Ce sont eux qui m’ont vanté leurs mérites et leurs 25€ nets. C’est à se demander combien ils perçoivent d’ordinaire. J’ai donc laissé une annonce sur Le Bon Coin, où j’ai multiplié mes tarifs par trois. J’avoue avoir reçu des SMS d’une femme me disant « Non, mais c’est quoi ces prix ? Je n’ai jamais vu ça », mais j’ai surtout reçu le coup de fil d’un organisme de cours en entreprises me proposant un CDI que j’ai décliné, ainsi que la proposition d’un groupe d’écoles d’ingénieurs d’enseigner plusieurs classes et d’être jury de concours, que j’ai acceptée.

esukudu_clevermatePour les clients particuliers, Le Bon Coin n’a pas porté beaucoup de fruits, ni les petites annonces que j’ai laissées dans les boulangeries les plus chics de la ville (quand elles le voulaient bien). Et puis, un beau jour, j’ai eu un nouvel abonné sur Twitter : @CleverMateTeam. Au début, j’ai pensé que c’était encore un site de rencontres (ils aiment bien me suivre, les sites de rencontres). Et en quelques sortes, c’en est un. CleverMate est une plateforme d’annonces de cours particuliers qui permet la rencontre entre l’offre d’une dénommée élite qui aime transmettre son savoir, et la demande de familles qui recherchent des professeurs qui sont passés par ces écoles. Les diplômes sont vérifiés, les adresses mail validées sont les adresses scolaires, et les dispensateurs de cours fixent eux-mêmes leurs tarifs. Pour l’instant, CleverMate qui démarre à peine, ne prend aucune commission. J’en profite ! Quant aux clients, ils bénéficient de 50% de réduction d’impôts, exactement comme dans les autres agences de cours particuliers.

Ah oui, une dernière chose : sur CleverMate comme sur Le Bon Coin, vous trouverez des gens prêts à enseigner les maths à 11€ de l’heure. Sauf que sur CleverMate, ce sont des polytechniciens. Les mystères de la main invisible…

Publicités