rapport pisa 2015 : le numérique n’améliore pas les résultats des élèves

esukudu_enfant_ipad_ecole_numerique

Ce mardi 15 septembre 2015, l’OCDE a publié un rapport PISA intitulé « Connectés pour apprendre ? Les élèves et les nouvelles technologies« . L’enquête révèle d’une part que les enfants et adolescents des pays riches ont très largement accès aux technologies du numérique (en France, 99% des enfants ont un ordinateur à la maison et à l’école), mais aussi que cet accès au numérique n’améliore pas leurs performances scolaires ! Bien au contraire, il faudrait se méfier de ces technologies car « les niveaux d’utilisation supérieurs à la moyenne actuelle des pays de l’OCDE sont associés à des résultats significativement plus faibles » :

« En moyenne, au cours des dix dernières années, les pays qui ont consenti d’importants investissements dans les technologies de l’information et de la communication dans le domaine de l’éducation n’ont enregistré aucune amélioration notable des résultats de leurs élèves en compréhension de l’écrit, en mathématiques et en sciences »

L’enquête suggère toutefois qu’un usage limité des technologies numériques dans l’enseignement est préférable à pas d’usage du tout. D’après les auteurs, le constat le plus décevant du rapport est que les nouvelles technologies, sur lesquelles on comptait pour combler la fracture éducative entre riches et pauvres, ne sont pas d’un grand secours.

Le 2 septembre dernier, à l’occasion de la rentrée des classes, le Président François Hollande présentait (sans trop rentrer dans les détails), au collège Louise-Michel de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), son plan pour faire de la France le leader du web-éducatif :

« Je l’annonce ici, il va y avoir un grand plan numérique pour l’école de la République. Bien sûr que nous aurons besoin des collectivités locales pour accompagner ce processus. C’est déjà fait. Mais l’État y mettra aussi tous ses moyens pour former les enseignants, pour assurer partout l’arrivée du très haut débit et pour aussi que les éditeurs de livres puissent également mettre les contenus sous forme numérique de manière à ce que chacun puisse y accéder »

En mai dernier, il promettait un milliard d’euros à répartir sur trois ans, souhaitant que tout soit prêt pour la rentrée 2016. Les experts du ministère de l’Éducation nationale n’ont plus qu’à éplucher cette dernière étude PISA et revoir leurs notes.

Advertisements