qu’est-ce qu’être surdoué.e ? rien de très sûr.

Attends, attends… Cet.te enfant incroyablement doué.e ne serait donc pas surdoué.e ?

Le premier bébé Ninja ! On est dans la merde avec cette génération

A post shared by Waly Dia (@waly_dia) on

Dans un monde où les capacités intellectuelles priment sur les capacités relationnelles, physiques ou émotionnelles (Dabrowski doit se retourner dans sa tombe et tombe qui roule n’amasse pas mousse), la définition de surdoué reste, en France, limitée à l’intellect : on appelle communément surdouée toute personne dont le quotient intellectuel excède 140. A partir d’un score de 170, on n’est plus surdoué.e, on est superdoué.e ! Mais tout le monde n’est pas de cet avis.

D’après le Journal Ordinaire d’une Surdouée (Ordinaire), le fonctionnement cérébral des surdoué.e.s se caractérise par « un mode de pensée et un comportement psycho-affectif différents (hypersensibilité, intensité, …) » et « souvent, un bon potentiel intellectuel ».

Le site Planète Surdoués souligne les limites de l’approche par le QI:

« (…)le QI n’est pas le seul moyen de détecter la douance, il est un instrument parmi d’autres. Il ne détecte pas notamment, la créativité, la sociabilité des individus, l’hypersensibilité, la rapidité d’apprentissage, la personnalité, la motivation, l’endurance,  toutes caractéristiques de douance. Il existe des tests de pensée créative (Torrance), une échelle de développement de la pensée logique (EPL). »

Depuis le début du XIXe siècle et les premiers pas de la psychologie, les chercheurs avaient pour postulat que la réussite était liée à l’intelligence. Ils ont ainsi concentré leurs recherches sur les surdoués en étudiant ces derniers sous l’angle de la génétique, de la neuroscience cognitive et du déterminisme. Mais depuis les années 1980, la recherche s’efforce de son mieux (et il faut dire qu’elle peut mieux faire) à laisser tomber l’approche 100% cognitiviste et à prendre en compte le non-cognitif, c’est-à-dire les dimensions sociale et psychologique, par exemple. Le surdoué n’est donc pas, par définition, quelqu’un qui réussit. Au contraire, l’échec scolaire des surdoué.e.s est une configuration peu rare.

A ce qu’il paraît, 2 personnes sur 100 sur cette Terre seraient surdouées. Et qu’entend-on par surdoué, exactement ? Il faut demander aux génies qui ont estimé que 2% des habitants de la Terre sont surdoués. Il faut croire que le surdoué, c’est comme Dieu : on ne sait pas le définir, on a l’impression qu’il existe, on ignore de quoi on parle et pourtant, pour en parler, on en parle ! En tout cas, ce n’est pas moi qui ferai un test du QI : j’ai bien trop peur de découvrir que je ne suis pas surdouée. Enfin bref, jusqu’ici, toujours rien sur les gamins-ninjas qui font des acrobaties et grimpent aux murs, les doigts dans le nez. Façon de parler.

Publicités