Ce maître d’école a un check personnalisé pour chacun(e) de ses élèves

esukudu-obama-check-poingJe vous parle d’un terme que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître : le check, cette façon de saluer très obamesque et plébiscitée par les hypochondriaques (ben oui, pas moyen de choper une rhino ou la tuberculose comme avec la bise, et je ne parle même pas de la quantité de germes qu’on s’échange dans une poignée de mains !) Le check est une façon très aseptique et chaleureuse de saluer quelqu’un. Il peut être bref (cf. ci-contre : deux poings qui se cognent une fois, ce qui est génial quand on est d’humeur introverti.e et qu’on souhaite dépeupler son espace vital), comme il peut être plus complexe et plus long, comme chez ce maître d’école qui a développé pour chacun(e) de ses élèves un check bien particulier.

Créer le lien avec ses élèves : check

C’est dans la ville de Charlotte en Caroline du Nord (Etats-Unis) que Barry White, Jr enseigne l’anglais à des CM2. Avant chaque début du cours, les élèves s’alignent devant la porte de la classe et ils savent qu’ils vont devoir faire une sorte de choré avec leur instit. Ce check, qui est propre à chaque élève et à sa personnalité, a aussi été mémorisé par le maître : Comme le baiser ou la poignée de main, le check se vit à deux. Le maître et ses élèves commencent le cours gonflés à bloc ! Une bonne recette pour motiver ses élèves. Check it out:

Barry White, Jr affirme à ABC News que ça avait commencé par un, puis deux élèves, et que ça s’est généralisé à toute la classe. Les élèves tiennent énormément à ce rituel (et pas seulement parce que ça gratte quelques minutes de cours), si bien que maintenant, même les cours élémentaires veulent s’y mettre. Comment faire pour retenir tous ces mouvements ? L’enseignant répond : « C’est la mémoire musculaire qui fait tout le travail. » D’après Meaghan Loftus, principale de l’école, « la seule façon d’aider nos élèves à obtenir de bons résultats tous les jours, c’est de comprendre leur besoin de relations authentiques et profondes ». Et vous, comment cultivez-vous votre relation avec vos élèves ?

Advertisements